Mon cher papa

(en création)

Vient de paraître

URGENT, volume 3

Ouvrage en quadrichromie accompagné d’un vinyle 33 tours.
URGENT !!! volume 3 est le fruit d’une rencontre croisée entre musique improvisée, écriture spontanée & arts plastiques en temps réel. (suite)

Extrait de la préface :

Il y a des îles où poser ses valises est un danger délicieusement ardent. Où des artistes incandescents illuminent nos plafonds le temps de quelques notes. Des notes prisent par des poètes ou jouées par des musiciens. Les notes s’emmêlent et c’est ici la magie de l’urgence. L’urgence de vivre son poids sur terre. Son poids de l’être, de lettres, de notes. De terre, d’eau, d’air et de feu. Et l’île de Vassivière était le lieu idéal à ce moment précis. « Est-ce que lorsqu’une chose a existé un jour, cette chose existe pour toujours? »* Bien sûr que oui. Des artistes ont changé la vie, même de ceux qui ne les ont ni lus, ni vus, ni entendus directement. Leur puissance d’imagination a une action sur le monde. À quoi bon sinon? L’imaginaire est un lieu qui existe, résiste et échappe à la loi du marché, aux ordres établis et à la banalisation de la magie d’être au monde. Car c’est tous les jours que nous venons au monde. Les artistes savent ça. Il est des porosités où l’imaginaire passe furtivement dans le tangible. Il y a des vibrations qui repoussent les limites des possibles. Qui remettent les accents à leur bonne place. Et qui n’est pas toujours la même. Qui libèrent la liberté des cages. Qui sculptent de nouveaux paysages qui pourtant étaient déjà là mais que l’on ne voyait pas. Que l’on ne croyait pas. Ouvrir les yeux par les oreilles et les oreilles par des notes, écrites ou dîtes ou jouées, a été l’ambition d’un petit groupe d’énergumènes que j’ai eu le privilège d’observer et de côtoyer pendant 3 jours et 3 nuits au Centre International d’Art et du Paysage. Il y a des valises où poser son île l’espace d’un instantané. Où se laisser dépeigner les préjugés – taboo portant –. Des humains se sont réunis pour ajouter du réel au réel. Pour penser. Agir. Réagir. Les concerts démarrent et les murs soudain se fissurent, créent la brèche salvatrice qui laisse apparaître l’autre réalité, la vraie, rêvée, encore plus réelle que l’autre. La terre, berceau du cercueil, se transforme en pirogue pour un voyage intemporel. Les autres éléments en font de même. L’envivrement extremum.

Pierre Soletti

*Auguste ne sait plus grand-chose du monde (éditions Ecrits des Forges / Collection déplacementS)

Année de parution: 2018
Éditeur: Dernier Télégramme – L’oreille électrique
ISBN : 979-10-97146-07-8
64 p.
31 x 31 cm
640 g
26 €

Théâtre & marionnettes

Petit Théâtre Nomade
Partir en livre
du 11 au 22 juillet

Théâtre & marionnettes

Petit Théâtre Nomade
sur la péniche Grand-est
du 28 juin au 1er juillet

 

Théâtre

Auguste ne sait plus grand-chose du monde
par Pascal Thétard, comédien – conteur

Théâtre

Auguste ne sait plus grand-chose du monde
Chronique de Déborah Copel
(Directrice de la culture et du patrimoine de la ville de la ville de Reims)

Nouveauté Théâtre

 

Auguste ne sait plus grand-chose du monde
fait ses valises pour le Festival d’Avignon du 6 au 29 juillet ! 

Mise en scène : Mateja Bizjak Petit
Composition musicale : Patrice Soletti
Interprétation : Pascal Thétard
Assistant mise en scène : Jimmy Lemos
Production : Centre de Créations pour l’Enfance / Collectif Ma-Théâ
Partenaire de la production : Julien Drege, Le Carré Blanc (Tinqueux)
Technique : Fanny Thétard